La société du Castrum

La Société du Castrum Romain d’Yverdon-les-Bains

Cette association, fondée le 19 avril 1978, s’est donnée en 2008 un nouveau nom: “Société du Castrum Romain d’Yverdon-les-Bains. Sous-titre: Société de sauvegarde et mise en valeur archéologique et touristique du Castrum”. Le but de la Société est la mise en valeur archéologique et touristique du Castrum.

Si la destruction du Castrum a été pratiquement complète, au point que rien n’en est resté à la surface du sol, heureusement la plupart des fondations des puissantes murailles et des 15 tours sont encore fort bien conservées dans le terrain. Il a donc été possible de retracer exactement l’enceinte du Castrum. Outre les marquages, indiquant le périmètre de la forteresse, la Société du Castrum a pu construire un tronçon du rempart Nord. Il forme une partie de l’enceinte du petit parc du Castrum à la rue des Jordils.

En 1987, la Société du Castrum a reconstruit une partie de la Porte de l’Est.

Elle aimerait faire mieux encore: reconstruire une tour toute entière et une partie du rempart adjacent. Moins ambitieux, mais tout aussi difficile à réaliser, serait de permettre l’accès du pourtour du Castrum là où se trouve encore une partie de l’ancien Parc Piguet.

Une équipe interprofessionnelle a évalué les données existantes, ainsi que les études récentes concernant le Castrum et ses environs. En avril 2002, elle a publié une vue cavalière du Castrum, ainsi que des plans de l’aménagement militaire probable de son intérieur.

De juin à septembre, des guides bénévoles organisent, en collaboration avec l’Office du Tourisme, des visites présentant le site du Castrum.

La Société du Castrum a été conçue par le professeur Rodolphe Kasser, titulaire de la chaire de coptologie de l’Université de Genève en 1976 (professeur honoraire dès 1998). Président de l’Association Internationale d’Études Coptes (1984-1988). En 1964 il a mis sur pied pour l’Université de Genève, un chantier de fouilles archéologiques à la recherche des vestiges de monastères des premiers ermites chrétiens dans les déserts au nord-ouest de l’Égypte. C’est ainsi qu’il a dirigé sur le terrain, jusqu’à leur achèvement en 1990, les activités de ce chantier de fouilles au site paléomonastique copte des Kellia, site qu’il avait redécouvert en 1964. Dans le cadre de ces responsabilités mentionnées, il a participé à la formation de nombreux archéologues.

Une autre passion de Rodolphe Kasser, profondément ancré dans une tradition familiale, est la conservation du patrimoine yverdonnois et plus précisément son passé gallo-romain.

Rodolphe Kasser a assemblé probablement la collection la plus complète de notes, récits, publications et souvenirs des premiers fouilleurs et chercheurs jusqu’aux archéologues de nos jours qui se sont intéressés sérieusement aux ruines antiques du vicus Eburodunum, de son Castrum et aux objets trouvés dans son périmètre. En tant qu’observateur expérimenté et archéologue aussi zélé que bénévole, il a contribué à enrichir les recherches et la collection de vestiges sauvés du passé gallo-romain de notre ville, vestiges qui ont pu ainsi être conservés et qui sont exposés au Musée d’Yverdon et région.

La Société du Castrum peut compter sur l’appui et l’engagement d’un Comité composé de plusieurs personnes compétentes et dévouées pour approfondir, élargir et assurer une continuité du travail que Rodolphe Kasser a présidé jusqu’en 2010. En tant que président d’honneur il maintiendra son attachement à son œuvre et restera une source de connaissance et d’inspiration pour tous ceux qui souhaitent mettre en valeur le Castrum d’Yverdon-les-Bains.

Toute personne intéressée à ce patrimoine peut devenir membre de la Société.